S.Pri Noir – La belle est la bête (Audio)

S.Pri Noir – La Belle est la bête (Audio)
Album « Masque Blanc » maintenant disponible : http://sprinoir.lnk.to/MasqueBlancALL
Abonne-toi à la chaîne YouTube : http://bit.ly/SpriNoirYT
Inscris-toi pour recevoir la newsletter de S.Pri Noir : http://eepurl.com/cJBXk1

Vidéo réalisée par Julie Molinié (https://www.instagram.com/julie.molinie)

Suis S.Pri Noir sur :
Facebook : https://www.facebook.com/SPRINOIROFFICIEL/
Twitter : https://twitter.com/SPRINOIR
Instagram : @SpriNoir
Snapchat : Spri75
Spotify : https://sprinoir.lnk.to/ProfilSpotify
Deezer : https://sprinoir.lnk.to/ProfilDeezer
Apple Music : https://sprinoir.lnk.to/ProfilApplemusic
http://www.sprinoir.fr

Vidéos qui pourraient vous interesser

Comment (23)

  1. [Couplet 1]
    Petite fille des cités, tu cherches à t'émanciper
    Grandir avant la sifflée, toutes tes bougies c'est flippant
    Tes vices sont pas ceux du banc mais essaye de gagner du temps
    Griller les étapes tu penses, devenir femme sans te perdre
    Dupée par l'équipe, tu flaires que t'as l'potentiel pour plaire
    De plus, tes frères te coupent l'air
    Tu veux plus vivre sous l'couperet
    Tu viens à peine d'avoir les règles mais tu veux jouer à l'amour
    À trouver l'homme de tes rêves, celui qui te f'ra bien la cour hein
    Mais tu n'as rien compris car l'homme est un requin
    Mais toi tu joues les incomprises, tu veux plus de tes Requin
    Nan, tu veux les talons, les talents, les atouts charme de Beyonce
    Braver les [?], évidemment pour ça tu t'caches mais nous on l'sait
    T'es pleine de façons, tu rentres tard comme les garçons
    Et quand on te questionne tu sais mentir de milliers d'façons
    Le cœur guillotiné, mais qu'est-ce qui t'passe par la tête ?
    Bienvenue dans l'conte où la Belle terminera dans l'ventre de la Bête

    [Refrain]
    Il t'a donné rendez-vous
    Il veut juste ton corps, pas d'I love you
    Pour toi c'est l'job, c'est juste un essai
    Tu sors de là, ton cœur est blessé
    C'est toi face à la nature de l'homme
    Ne perds pas espoir, ma belle
    Tous les anges manquent à l'appel
    Les nuages te cachent le ciel
    Ouais ma belle, t'as laissé le Diable prendre tes ailes
    Et ton cœur dans une chambre d'hôtel
    Ouais ma belle, quand le noir se mêle au gris
    Sur un piano, sans mélodie, tu chantes ta peine
    Même délaissée par ton ombre, l'impression d'être seule au monde

    [Couplet 2]
    Petite fille des cités, maintenant tu as bien grandi
    Finie l'époque de Gandhi, les hommes aiment ta beauté candide
    Élégante mais perdue, tout pour quitter ton HLM
    Démissionner de H&M
    Comme toutes les autres, c'est l'cash que t'aimes
    Donc tu fréquentes les boîtes des Champs et tu t'y perds parfois
    T'es censée avoir la foi mais fumes des paquets d'clopes et bois
    Au départ, en cachette, tu sortais qu'avec des gangstas
    Maintenant c'est les ecsta', [?] dans des caisses classes
    Absente même en classe, bref t'en as quitté ton BTS
    À force de voir tomber tes reufs, l'alcool, la fume pour GPS
    Tu parles plus qu'en BPM pour raconter ta vie
    Tu sors en club donner ton corps pour qu'les mandats soient établis
    Tu sais même plus où est ta place, entre des reufs qui tabassent
    Ton père, ta mère qui taffent pas, tes 1500e la base, blessée
    Tu passes d'hôtel à hôtel suites
    Et ensuite enchaînes les hommes à la suite
    Encaisses les sommes, c'est ça la vie
    Tu es face à la vie cruelle, petite fille est tendre
    Ceci étant, défie le temps, petite fille est grande
    Petite fille, devenue fille facile des cités
    Qui à la base cherchait tout juste à s'émanciper

    [Refrain]
    Il t'a donné rendez-vous
    Il veut juste ton corps, pas d'I love you
    Pour toi c'est l'job, c'est juste un essai
    Tu sors de là, ton cœur est blessé
    C'est toi face à la nature de l'homme
    Ne perds pas espoir, ma belle
    Tous les anges manquent à l'appel
    Les nuages te cachent le ciel
    Ouais ma belle, t'as laissé le Diable prendre tes ailes
    Et ton cœur dans une chambre d'hôtel
    Ouais ma belle, quand le noir se mêle au gris
    Sur un piano, sans mélodie, tu chantes ta peine
    Même délaissée par ton ombre, l'impression d'être seule au monde

LEAVE YOUR COMMENT