PNL – Blanka [Clip Officiel]

« Blanka », cinquième extrait du nouvel album de PNL « Deux Frères », disponible maintenant en deux versions physiques : https://ffm.to/pnldeuxfreres

Réalisation: QLF
Producteur : QLF Records
Beat : Yann Dakta & Rednose

1er Assistant Réalisateur : Driss Lumbroso
Directeur de production : Alliocha Madeuf
DOP : Antony Diaz
1er Assistant Caméra : Arslan Terrien
Steadicamer : Sacha Naceri
Drone : Gary Bialas
Chef Électricien : Basile Barniske

Étalonnage : Sébastien Mingam

Assistant monteur : Theo Asciak – Filature Production

Coordinateur de production en Jamaique : Denis Brown
Régisseuse Général : Oya Oezcan
___

INSTA : https://instagram.com/pnlmusic
FB : https://www.facebook.com/Pnlmusic
TWITTER : https://twitter.com/pnlmusic

#PNL #DEUXFRERES

QLF Records – 2019

Vidéos qui pourraient vous interesser

Comment (39)

  1. Paroles :
    (Couplet N.O.S)
    -Igo m'demandent tous de l’aide

    -Mais moi, j'suis rien sans cet oseille

    -Je roule que la peuf me balaie

    -Tordu, tordu par Corbeil

    -J'ai peur un peu pour moi, beaucoup pour toi

    -J’essaie de m'adoucir mais l'humain m'rend noir

    -Il reste quelques gens biens, je garde espoir

    -J'serais pas l'même sans les miens ou sans le noir

    -J'fais l'tour d’la pièce, la nuit, j’fais le tour d'la ville

    -Une gourde, j’fais l'shlag quand cette putain d'vie m'ennuie

    -Et si cette vie n’est pas bonne, j'la baiserais pas

    -J'veux pas être comme le roi, j'vaux mieux que ça

    -Nerveux comme équipe sans liquide

    -Recherche du bonheur, j'm'enfonce dans le vide

    -Le temps passe sur ton visage, le chrono' m'fait mal au bide

    -J'vois l'monde un peu à l'envers

    -J'attire les putes blanches aux sentiments noirs

    (Refrain D'ademo)
    -J'ai les douilles, j'fais pas la catine (lé-lé-lé)

    -Bats les couilles si tu parles trop hmm, c'est la rue qui t'abîme

    -Tu connais, faudra pas déconner, c'est AD qui taquine

    -Coco joue pas l'kéké, humble comme Kaká

    -Un peu survolté, un dos louche comme Blanka

    -Sous jamaïca, sors un flow comme Sanka

    (Couplet Ademo)
    -J'mets ma casquette, elle m'rappellera toujours c'temps où j'tenais les murs

    -J'adoucis l'flow, l'regard si dur

    -J'me suis détruit, en construisant l'avenir des miens

    J'me remets en question avec des larmes dans mon vin

    -J'disais : "Mon ombre, tu sais, tu devrais fuir"

    -À croire qu'elle savait c'que j'deviendrai à l'av'nir

    -J'ai que des tics (sniff), à l'odeur d'l'argent (j'comptais)

    -J'me cache, j'compte, j'cache le cash dans la chambre

    -Comme avant, comme demain ou comme avant-hier

    -Rien ne change à part que j'suis encore plus fier (putain d'sa mère)

    -J'suis toujours gang, à la trentaine, j'dis toujours bang

    -Elle s'rappelle de mon coup d'rein sur du triple chain gang (gang, gang, gang)

    -J'fume et puis j'tractionne en pronation (en pronation), j'sors ma bite dans les prolongations (prolongations)

    -J'suis serein dans ce corps en location

    -J'suis à cent pour cent d'mes dix pour cent, Epoque œil pour œil et bouche sur gland

    -Et j'passe au vert en billets d'cent, l'cœur pas si blanc et j'prie pourtant

    -J'souris, j'ai l'parfum du doré

    -Y'a très peu d'anges pour m'épauler

    (Refrain d'Ademo)
    -J'ai les douilles, j'fais pas la catine (lé-lé-lé)

    -Bats les couilles si tu parles trop hmm, c'est la rue qui t'abîme

    -Tu connais, faudra pas déconner, c'est AD qui taquine

    -Coco joue pas l'kéké, humble comme Kaká

    -Un peu survolté, un dos louche comme Blanka

    -Sous jamaïca, sors un flow comme Sanka

    (fin)

  2. Igo, ils m'demandent tous de l'aide
    Mais moi j'suis rien sans cette oseille
    Je roule, que la peuf me balaie
    Tordu, tordu par Corbeil
    J'ai peur un peu pour moi, beaucoup pour toi
    J'essaie de m'adoucir mais l'humain me rend noir
    Il reste quelques gens biens, je garde espoir
    J'serais pas le même sans les miens ou sans le noir
    J'fais le tour de la pièce
    La nuit j'fais le tour de la ville
    Une gourde, j'fais le shlag quand cette putain de vie m'ennuie
    Et si cette vie n'est pas bonne, j'la baiserai pas
    J'veux pas être comme le roi
    Je vaux mieux que ça
    Nerveux comme équipe sans liquide
    Recherche du bonheur, j'm'enfonce dans le vide
    Le temps passe sur ton visage
    Le chrono' me fait mal au bide
    J'vois le monde un peu à l'envers
    J'attire des putes blanches aux sentiments noirs

    J'ai les douilles, j'fais pas la catine
    Bats les couilles si tu parles trop
    C'est la rue qui t'abîme
    Tu connais, faudra pas déconner
    C'est AD qui taquine
    Coco joue pas le kéké, arrive comme Kaká
    Un peu survolté, un dos louche comme Blanka
    Sous Jamaïca, j'sors un flow comme Sanka

    J'mets ma casquette, elle me rappellera toujours
    Ce temps où j'tenais les murs
    J'adoucis le flow, le regard si dur
    J'me suis détruit en construisant l'avenir des miens
    J'me remets en question avec des larmes dans mon vin
    J'disais "mon ombre, tu sais, tu devrais fuir"
    À croire qu'elle savait ce que j'deviendrai à l'avenir
    J'ai que des tics
    À l'odeur de l'argent (j'comptais)
    J'me cache, j'compte cash
    Le cash dans la chambre
    Comme avant, comme demain ou comme avant-hier
    Rien ne change à part que j'suis encore plus vieux (putain d'sa mère)
    J'suis toujours gang
    À la trentaine, j'dis toujours bang
    Elle se rappelle de mon coup de rein
    Sur du triple chain gang (gang, gang, gang)
    J'fume et puis je tractionne en pronation (en pronation)
    J'sors ma bite dans les prolongations (prolongations)
    J'suis serein dans ce corps en location
    J'suis à cent pour cent de mes dix pour cent
    Époque œil pour œil et bouche sur gland
    Et j'passe aux verts en billets de cent
    Cœur pas si blanc et j'prie pourtant
    J'souris, j'ai le parfum du doré
    Y'a très peu d'anges pour m'épauler

    J'ai les douilles, j'fais pas la catine
    Bats les couilles si tu parles trop
    C'est la rue qui t'abîme
    Tu connais, faudra pas déconner
    C'est AD qui taquine
    Coco joue pas le kéké, arrive comme Kaká
    Un peu survolté, un dos louche comme Blanka
    Sous Jamaïca, j'sors un flow comme Sanka désoler pour les fautes 😉

  3. Paroles :

    [Couplet 1 : N.O.S]

    Igo m'demandent tous de l’aide

    Mais moi, j'suis rien sans cet oseille

    Je roule que la peuf me balaie

    Tordu, tordu par Corbeil

    J'ai peur un peu pour moi, beaucoup pour toi

    J’essaie de m'adoucir mais l'humain m'rend noir

    Il reste quelques gens biens, je garde espoir

    J'serais pas l'même sans les miens ou sans le noir

    J'fais l'tour d’la pièce, la nuit, j’fais le tour d'la ville

    Une gourde, j’fais l'shlag quand cette putain d'vie m'ennuie

    Et si cette vie n’est pas bonne, j'la baiserais pas

    J'veux pas être comme le roi, j'vaux mieux que ça

    Nerveux comme équipe sans liquide

    Recherche du bonheur, j'm'enfonce dans le vide

    Le temps passe sur ton visage, le chrono' m'fait mal au bide

    J'vois l'monde un peu à l'envers

    J'attire les putes blanches aux sentiments noirs

    [Refrain : Ademo]

    J'ai les douilles, j'fais pas la catine (lé-lé-lé)

    Bats les couilles si tu parles trop hmm, c'est la rue qui t'abîme

    Tu connais, faudra pas déconner, c'est AD qui taquine

    Coco joue pas l'kéké, humble comme Kaká

    Un peu survolté, un dos louche comme Blanka

    Sous jamaïca, sors un flow comme Sanka

    [Couplet 2 : Ademo]

    J'mets ma casquette, elle m'rappellera toujours c'temps où j'tenais les murs

    J'adoucis l'flow, l'regard si dur

    J'me suis détruit, en construisant l'avenir des miens

    J'me remets en question avec des larmes dans mon vin

    J'disais : "Mon ombre, tu sais, tu devrais fuir"

    À croire qu'elle savait c'que j'deviendrai à l'av'nir

    J'ai que des tics (sniff), à l'odeur d'l'argent (j'comptais)

    J'me cache, j'compte, j'cache le cash dans la chambre

    Comme avant, comme demain ou comme avant-hier

    Rien ne change à part que j'suis encore plus fier (putain d'sa mère)

    J'suis toujours gang, à la trentaine, j'dis toujours bang

    Elle s'rappelle de mon coup d'rein sur du triple chain gang (gang, gang, gang)

    J'fume et puis j'tractionne en pronation (en pronation), j'sors ma bite dans les prolongations (prolongations)

    J'suis serein dans ce corps en location

    J'suis à cent pour cent d'mes dix pour cent, Epoque œil pour œil et bouche sur gland

    Et j'passe au vert en billets d'cent, l'cœur pas si blanc et j'prie pourtant

    J'souris, j'ai l'parfum du doré

    Y'a très peu d'anges pour m'épauler

    [Refrain : Ademo]

    J'ai les douilles, j'fais pas la catine (lé-lé-lé)

    Bats les couilles si tu parles trop hmm, c'est la rue qui t'abîme

    Tu connais, faudra pas déconner, c'est AD qui taquine

    Coco joue pas l'kéké, humble comme Kaká

    Un peu survolté, un dos louche comme Blanka

    Sous jamaïca, sors un flow comme Sanka

LEAVE YOUR COMMENT